Jouets dangereux: La répression des fraudes révèle un taux effarant
Jouets dangereux: La répression des fraudes révèle un taux effarant

À quelques jours de Noël, de nombreux jouets achetés en ligne vont se retrouver sous les sapins. Mais peut-on donner en toute confiance ces peluches ou ces déguisements à nos enfants  ? La réponse de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) est tombée, à quelques jours de Noël.

Sur 46 objets – guirlandes électriques, jouets, peluches, panoplies de déguisement -, achetés en « client mystère » par la DGCCRF sur sept plateformes de vente en ligne, Amazon, Cidscount, Ebay, Fnac.com, Rakuten-Priceminister, Aliexpress et Wish, et testés en laboratoire, 75% étaient « non-conformes » et 39% « présentaient un danger pour les consommateurs », selon un communiqué publié jeudi.

On pourrait citer cet éléphant en peluche vendu par « Allyours » sur Cdiscount, dont l’accès trop simple au rembourrage implique un risque d’ingestion par l’enfant, et donc d’étouffement.

Autre peluche mise en cause : la tortue vendue par « FASHION-CD », là encore sur Cdiscount, qui cumule plusieurs problèmes parmi lesquels un rembourrage trop simple d’accès, des éléments détachables (les yeux) pouvant être ingérés, provoquant un étouffement… et une possible intoxication en raison de la présence de plomb.

Dernier exemple parlant : une licorne gonflable vendue par « StilGut » sur Amazon, dédiée au 1er âge, qui contient des substances reprotoxiques au-delà des valeurs limites. Risques de choc électrique, de brûlures… les griefs sont variés en fonction des produits testés par la DGCCRF.

LEAVE A REPLY

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.