La consommation d'alcool est responsable de 7% des décès en France
La consommation d'alcool est responsable de 7% des décès en France Certains se sont lancés le défi.

Santé publique France publie, aujourd’hui, trois études sur la consommation d’alcool. Des enquêtes faites entre 2015 et 2017. Elles révèlent notamment que la part des décès dus à l’alcool reste très importante en France.

Les chiffres sont têtus: n’en déplaise à ses défenseurs, l’alcool tue. 41.000 personnes par an, selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié ce mardi. Si la consommation d’alcool a énormément baissé en quatre-vingts ans – elle est passée de 65 grammes d’alcool pur* par adulte et par jour à la fin des années 1930, à 26 grammes en 2013, selon les données de vente -, elle reste désormais stable. Et les Français demeurent parmi les plus gros consommateurs au monde.

Un impact «considérable»

L’alcool, en particulier le vin rouge, a longtemps été présenté comme un produit à consommer certes «avec modération», mais bénéfique si pris en petites quantités. Or «les minimes et très sélectifs effets protecteurs de l’alcool sont réduits à néant par ses effets délétères», insiste dans l’éditorial du BEH François Bourdillon, directeur général de Santé publique France. Il cite le Pr Emmanuela Gakidou, épidémiologiste à l’université de Washington et auteur d’une étude sur le fardeau sanitaire mondial de l’alcool publiée en août 2018 dans The Lancet : en matière d’alcool, il ne fait plus aucun doute que «moins c’est mieux, rien du tout c’est encore meilleur».

LEAVE A REPLY

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.