l'île de Kivalina de l'Alaska menacés de disparition
l'île de Kivalina de l'Alaska menacés de disparition

Sur cette île-village de l’Alaska rongée par l’érosion, les 450 habitants de la petite communauté inupiat pourraient être les premiers réfugiés climatiques du continent américain.

Erosion, manque de nourriture… le quotidien de la communauté inupiat installée sur l’île de Kivalina, en Alaska, est de plus en plus précaire et dangereux.

Ces dix dernières années, le village de Kivalina a été envahi trois fois par les eaux. Une situation critique et sans précédent. Malgré la construction, en 2011, d’une barrière artificielle pour tenter de ralentir l’érosion du sol provoquée par les eaux, rien n’y fait. Et le phénomène continue de s’accroître. Ce qui ne laisse présager rien de bon, selon les experts. La secrétaire américaine à l’Intérieur Sally Jewell s’est rendue en personne dans le village pour soutenir les habitants. «Votre situation va faire comprendre au monde entier ce qui se passe réellement», a-t-elle expliqué il y a à peine une semaine. «Cela va nous aider à sensibiliser le Congrès américain face au changement climatique».

La survie du village est toutefois possible. Mais coûteuse. La seule issue possible serait de déménager le hameau, à la manière du village fidjien Vunidogoloa, déplacé l’an dernier en raison de la montée des eaux du Pacifique. Dans le cas de Kivalina, le coût de ce «déménagement» massif est estimé à plus de 100 millions de dollars.

LEAVE A REPLY

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.