Greffe de peau : une première mondiale réalisée à l'hôpital Saint-Louis
Greffe de peau : une première mondiale réalisée à l'hôpital Saint-Louis

Un homme, brûlé sur la quasi-totalité du corps à la suite d’un accident du travail, a été sauvé grâce à la greffe, à l’hôpital Saint-Louis, de la peau de son frère jumeau.

Brûlé sur 95% de son corps, un homme de 33 ans condamné à mourir, a pu être sauvé grâce à une greffe de la peau de son frère jumeau. Une première selon les médecins du service de traitement des grands brûlés de l’hôpital Saint-Louis à Paris, qui ont traité le cas.

Le 27 septembre 2016, Franck est admis au centre spécialisé de l’hôpital Saint-Louis de Paris (AP-HP, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris). Brûlé sur 95% de son corps lors d’un accident du travail, il est quasiment assuré de mourir. Il est alors pris en charge par le Pr Mimoun et l’équipe du Pr Alexandre Mebazaa en anesthésie réanimation.

Les prélèvements de peau sur le donneur ont été faits en prenant de « minces couches » (5 à 10 cm de large) sur le crâne, le dos et les cuisses. Les 45 % de peau obtenue ont été étirés dans une machine pour obtenir « comme un bas résille », un bas posé ensuite sur le corps du patient. « Les petites plaies entre chaque maille cicatrisent en dix jours », explique le chirurgien.

Sorti du centre de brûlés de l’hôpital Saint-Louis mi-février, quatre mois et demi après son hospitalisation, Frank est ensuite passé par le centre de réadaptation de grands brûlés Coubert (Ile-de-France) jusqu’en juillet dernier. Aujourd’hui, il est rentré chez lui et poursuit sa rééducation de jour dans un autre centre.

LEAVE A REPLY