Affaire Olivier Duhamel : Le préfet Marc Guillaume, qui se dit « trahi », quitte toutes les fonctions
Affaire Olivier Duhamel : Le préfet Marc Guillaume, qui se dit « trahi », quitte toutes les fonctions

L’ancien secrétaire général du gouvernement, qui assure avoir ignoré «totalement» les accusations d’inceste visant l’intellectuel, a démissionné de ses fonctions à Sciences-Po, ainsi qu’à la revue «Pouvoirs» et au club du Siècle. Des postes où il avait travaillé étroitement avec Olivier Duhamel.

Marc Guillaume va donc quitter ses responsabilités de codirecteur de la revue Pouvoirs, fondée par Olivier Duhamel, de vice-président du club du Siècle, présidé par l’universitaire, et de membre du conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), dirigée par Olivier Duhamel, et qui gère Sciences Po Paris. Il demeure préfet d’Ile-de-France.

“Fréquentant Olivier Duhamel depuis des années, je me sens trahi et condamne absolument ces actes”, déclare Marc Guillaume dans ce texte. “J’ignorais totalement l’existence de tels crimes avant la parution de ce livre et des articles l’annonçant”, assure-t-il.

Frédéric Mion assure ne pas l’avoir informé

Le Monde affirme qu’en 2018, après avoir été informé de ces accusations par son enseignante Aurélie Filippetti, le directeur de Sciences Po Paris, Frédéric Mion, lui avait pourtant dit qu’il préviendrait Marc Guillaume. Mais Frédéric Mion a démenti l’avoir fait, arguant auprès du quotidien qu’un “secrétaire général du gouvernement n’est pas chargé de la prévention de crimes sexuels”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici