Confinement en france : quels sont les commerces et secteurs essentiels qui restent ouverts
Confinement en france : quels sont les commerces et secteurs essentiels qui restent ouverts

Un nouveau confinement jusqu’au 1er décembre « a minima ». Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir une nouvelle mise sous cloche du pays pour au moins quatre semaines à partir de vendredi. L’attestation de sortie sera de retour, avec néanmoins trois changements majeurs par rapport au confinement du printemps : les écoles, collèges et lycées resteront ouverts, le travail pourra continuer, les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités.

Les écoles et collèges ouverts. une Différence majeure par rapport au confinement du printemps : cette fois, les crèches, écoles, collèges et lycées allaient rester ouverts cette fois, avec une possibilité que cela évolue pour les lycéens. Les facultés et établissements d’enseignement supérieur devront par contre assurer leur cours à distance, a précisé Emmanuel Macron ce mercredi soir.

Ce qui ferme pendant le confinement : comme en mars-avril dernier, les commerces non-essentiels comme les cafés, restaurants, magasins de vêtements et/ou de chaussures, les centres commerciaux, les instituts de beauté ou encore les coiffeurs vont devoir fermer. Une différence tout de même : Emmanuel Macron a indiqué qu’une réévaluation de la situation aurait lieu dans 15 jours pour voir si la situation permet de rouvrir certains de ces commerces.

Ce qui reste ouvert pendant le confinement : plusieurs commerces jugés essentiels vont rester ouverts. Cela concerne les pharmacies, les bureaux de tabac, les magasins d’informatique, les commerces alimentaires (de la superette à l’hypermarché), les stations services, les blanchisseries et les banques. Par ailleurs, les parcs, jardins, cimetières et marchés en plein air vont également rester ouverts, tout comme les fleuristes, mais uniquement jusqu’à dimanche pour la Toussaint.

Le télétravail est-il imposé ? Le télétravail n’est pas obligatoire mais il est une nouvelle fois fortement encouragé par le gouvernement. “Dans le secteur privé, toutes les fonctions qui peuvent être télétravaillées doivent l’être cinq jours sur cinq”, a indiqué Jean Castex ce jeudi matin à l’Assemblée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici