Coronavirus: Restrictions - et tensions - dans toute l’Europe
Coronavirus: Restrictions - et tensions - dans toute l’Europe

Frappés de plein fouet par la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus, les pays européens renforcent leurs restrictions, notamment l’Allemagne et la Belgique ce lundi, non sans provoquer ressentiment voire colère au sein de leurs populations, comme en Espagne ou en Italie. Les tensions pourraient encore augmenter cette semaine dans la péninsule italienne. Selon la presse locale, le gouvernement annoncera lundi un confinement des grandes villes du pays, à commencer par Milan et Naples. Un pari risqué après les affrontements ayant opposé samedi à Rome la police à des manifestants en colère contre les restrictions imposées pour tenter d’enrayer l’épidémie. Des incidents similaires ont également éclaté vendredi à Florence.

En Espagne, la police a interpellé tôt dimanche des dizaines de personnes au cours d’affrontements dans plusieurs villes. Les troubles les plus importants se sont produits à Madrid, où de nombreux manifestants scandant “Liberté!” ont mis le feu à des bennes à ordures et érigé des barricades de fortune sur la Gran Via, la principale artère du centre de la capitale. Les manifestants dénonçaient le couvre-feu nocturne imposé la semaine dernière et le bouclage décrété par la quasi totalité des régions espagnoles.

En Belgique, pays au monde où le coronavirus circule le plus, le gouvernement a décidé un “confinement plus sévère” pendant six semaines. Tous les commerces non essentiels resteront fermés lundi et le télétravail devient la norme, partout où il est possible. Le Premier ministre Alexander De Croo a également annoncé la limitation des invitations au domicile à une seule personne et une nouvelle prolongation de trois jours des vacances scolaires, jusqu’au 15 novembre inclus.

Au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec au moins 46.555 morts, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un reconfinement de l’Angleterre de jeudi jusqu’au 2 décembre. Le Pays de Galles était déjà confiné, et l’Irlande du Nord en confinement partiel. En Autriche, “un second confinement est mis en place à compter de mardi et ce jusqu’à fin novembre”, a annoncé le chancelier Sebastian Kurz. Le pays enregistre plus de 5.000 cas quotidiens, contre seulement 1.000 début octobre. En Suisse, la ville de Genève a annoncé dimanche la fermeture des bars, restaurants et commerces non essentiels face à une “sévère aggravation de la situation”. Le port du masque sera également obligatoire sur toutes les remontées mécaniques des montagnes suisses tout l’hiver.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici