Samuel Paty assassiné pour avoir donner un cours sur la liberté d’expression
Samuel Paty assassiné pour avoir donner un cours sur la liberté d’expression

Vendredi 16 octobre, Samuel Paty a été tué pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression et la laïcité. Sa décapitation est un traumatisme pour toute la communauté éducative. Comment continuer à enseigner ces sujets qui fondent la République et ne pas céder à l’autocensure ?

Avant d’être abattu par la police, le terroriste avait posté un message de revendication sur son compte Twitter accompagné d’une photo de sa victime. Il critiquait “Macron le chien des infidèles”, affirmait “avoir exécuté un chien de l’enfer” qui avait “osé rabaisser Muhammad” et indiquait avoir agi “au nom d’Allah”.

Onze personnes sont placées en garde à vue à l’heure actuelle : quatre membres de la famille du terroriste (le père, la mère, le petit frère, le grand-père), trois personnes qui ont été en contact avec le terroriste peu avant la décapitation et qui se sont spontanément présentées à la police, le père de la collégienne Brahim C., un autre parent d’élève mécontent, l’homme qui avait accompagné le père au collège – le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui – et sa compagne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici