Smovengo en difficulté, Paris reprend en main vélib'
Smovengo en difficulté, Paris reprend en main vélib'

Vélib’ : la mairie de Paris “reprend les choses en main” pour accélérer le déploiement.

Paris entend bien sauver le Vélib. «Nous reprenons les choses en main avec un pilotage beaucoup plus étroitement assuré par la Ville, sur le territoire parisien, avec des équipes qui vont piloter l’installation des stations», a indiqué à l’AFP Christophe Najdovski, adjoint EELV aux Transports du maire PS de Paris Anne Hidalgo. Dans le quotidien l’Opinion , en détaillant cette reprise en mains, l’adjoint a précisé qu’il était «urgent de redresser la barre. Ce que nous voulons, c’est la réussite de Vélib’».

Déjà 2 M€ de pénalités

« C’est un projet complexe dans le temps imparti, un défi industriel immense, nous déclarait Julien Chamussy, directeur marketing chez Smovengo, le 2 janvier dernier. Or les sous-sols parisiens sont déjà saturés en réseaux divers, il faut se coordonner avec les autres opérateurs, demander des autorisations, etc. Ce qui engendre des délais supplémentaires… Il était convenu que le réseau Smovengo soit déployé dans son intégralité au printemps 2018. Notre objectif est donc d’être prêts pour les beaux jours. »

Le 1e février dernier, le Syndicat Autolib’ Vélib’ avait constaté « que les 700 stations prévues au contrat pour le 1er janvier n’étaient pas en service. De ce fait, les élus ont décidé d’appliquer 1 M€ de pénalités à Smovengo pour le mois de janvier ». Cette pénalité, du montant maximum figurant dans le marché passé avec le nouvel opérateur, était également adressée à Smovengo pour février. Par ailleurs, différentes mesures de compensation en faveur des abonnés ont été prises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici