Actualités coronavirus : 418 nouveaux décès, plus de 3.000 au total
Actualités coronavirus : 418 nouveaux décès, plus de 3.000 au total

Avec 418 décès en 24 heures, portant le nombre de morts à 3.024, le France a connu lundi son pire bilan quotidien depuis le début de l’épidémie. A l’hôpital, 5.056 personnes se trouvent actuellement en réanimation.

En Italie, où 11.500 personnes sont décédées, le gouvernement a décidé de prolonger le confinement mis en place il y a trois semaines était prolongé « au moins jusqu’à Pâques », le 12 avril.

Aux Etats-Unis, le pays le plus touché au monde, l’épidémie continue de progresser, ce mardi, avec 3.008 morts et 163.429 cas de contamination, selon l’université Johns Hopkins.

Le procureur de Paris répond à la polémique sur les masques

Faut-il durcir les sanctions contre les personnes qui ne respectent pas les règles du confinement ? A Paris, la très grande majorité des habitants suivent les règles : « sur dix contrôles, neuf personnes sont en règle », fait valoir le procureur de la République de Paris Rémy Heitz. Les « récalcitrants » risquent 3.750 euros d’amende et six mois de prison au maximum, s’ils commettent quatre violations en trente jours.

Plusieurs syndicats de police ont dénoncé ces derniers jours le manque de masques de protection et de gel hydroalcoolique. Le syndicat Alliance appelle les agents à ne plus assurer les contrôles tant qu’ils n’auront pas reçu le « matériel de protection suffisant. »

À Annecy, 135 cyclistes bénévoles font des courses pour des personnes isolées ou fragiles et pour le personnel soignant. Allant à la pharmacie ou au supermarché, ils livrent ensuite directement chez elles cette population. Une initiative qui rencontre un franc-succès, aussi bien que, sur Facebook, les “Coursiers Solidaires d’Annecy”, appellent les sportifs des communes voisines à en faire autant.

Les peuples indigènes, qui vivent en isolement volontaire, s’alarment d’une “menace existentielle”, eux qui n’ont aucune immunité face à la plupart des maladies. Ainsi, des leaders de ces communautés de toute l’Amérique du Sud ont lancé un appel désespéré pour une protection contre la pandémie.

“Nous appelons les gouvernements à intensifier le contrôle et la protection des territoires indigènes, dont beaucoup sont envahis par des mineurs, des trafiquants de drogue, des bûcherons, des accapareurs de terres et des touristes”, a souligné Claudette Labonte, de la Coordination des organisations indigènes du bassin amazonien (COICA).

“Une seule personne infectée peut avoir un effet dévastateur pour nos communautés”, prévient de son côté Michael McGarrell, membre des Patamona de Guyane et coordinateur des droits de l’Homme pour la COICA. Et de rappeler que s’ils sont isolés, le virus peut atteindre ces peuples par plusieurs moyens, comme par exemple à travers un groupe de chrétiens évangéliques cherchant actuellement à convertir des tribus amazoniennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici