Affaire de la «grotte sanglante» : «J'ai cru que j'allais rester dans cette grotte et jamais ressortir»
Affaire de la «grotte sanglante» : «J'ai cru que j'allais rester dans cette grotte et jamais ressortir»

Les 30 ans de réclusion pour Rémi Chesne et 12 ans pour Audrey Louvet sont donc confirmés. Au terme des 10 jours prévus, les coupables n’ont pas fait appel du verdict de la Cour d’Assises de l’Hérault dans l’affaire de l’assassinat de Patrick Isoird dans la “grotte sanglante” de Sète en 2014.

Ce dossier est surnommé «l’affaire de la grotte sanglante» depuis qu’en juillet 2014, Patrick Isoird a été retrouvé mort dans une cavité souterraine de Sète, près d’un mois après avoir disparu. Les enquêteurs ont alors remonté la piste d’Audrey Louvet et Rémi Chesne. Après avoir nié, la première, ex-amante de Patrick Isoird et Rémi Chesne, a reconnu avoir servi d’appât pour attirer la victime dans la grotte. Le second a quant à lui toujours clamé son innocence, bien que les enquêteurs soient persuadés qu’il a tué l’employé d’hôpital pour se venger d’une liaison que ce dernier avait entretenue avec son épouse Nadège.
«Une forme d’aveu»

À l’audience, chacun a maintenu sa position. L’avocat général a réclamé dix ans de réclusion à l’encontre d’Audrey Louvet ainsi que la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Rémi Chesne. La cour a finalement condamné la trentenaire à douze ans de réclusion, estimant qu’elle «devait être punie pour avoir conduit Patrick Isoird dans cette grotte» mais qu’elle «n’y était pour rien dans l’assassinat», selon son avocate Me Eva Fournier, qui a immédiatement fait savoir qu’elle ne ferait pas appel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici