Emmanuel Macron défend le
Emmanuel Macron défend le "droit au blasphème" (détail)

Le chef de l’État estime, dans une interview au Dauphiné Libéré, que “l’État a pris ses responsabilités” quant à la protection de la jeune fille menacée après une vidéo dans laquelle elle critique violemment l’islam.

Selon le président, les enfants doivent “être mieux protégés” contre les “nouvelles formes de haine et de harcèlement en ligne”.

“Je sépare cet impératif de la question sur la critique des religions. La loi est claire : nous avons droit au blasphème, à critiquer, à caricaturer les religions”, a souligné Emmanuel Macron. “L’ordre républicain n’est pas l’ordre moral” , a-t-il insisté, avant de préciser : “Ce qui est interdit, c’est l’appel à la haine, l’atteinte à la dignité” .

Emmanuel Macron avait déjà évoqué “la liberté de blasphème” lors d’un déplacement au festival de BD d’Angoulême, le 30 janvier : “Dans notre pays la liberté d’expression est protégée, dans ce pays et il y en a peu dans le monde, la liberté de blasphème est protégée, de critiquer les dirigeants, de les railler et ça c’est un trésor”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici