Le Doodle d’aujourd’hui, illustré par l’artiste invitée du Caire, Mariam ElReweny, célèbre le 112e anniversaire d’une pionnière du cinéma égyptien, l’acteur, productrice, réalisatrice, monteuse, costumière et compositrice Bahiga Hafez à l’occasion de son 112e anniversaire.

Bahiga Hafez est né et a grandi à Alexandrie à une famille aristocratique ayant des liens avec la monarchie. Hafez a commencé à étudier la musique au Caire , puis a continué à étudier la composition musicale à Paris , à étudier le piano au conservatoire. Hafez pourrait parler le français, l’ arabe et d’ autres langues. Hafez était une héritière Pacha.

Après son retour en Egypte, elle a vécu au Caire où elle a occupé des salons littéraires . De plus , à son retour en Egypte, Hafez a sorti un album intitulé Bahiga qui a joué sur l’émission radio du temps.

En 1930, elle a joué dans le film Zeinab (1930). Cela a causé sa famille à la déshériter, depuis que je travaille dans le cinéma a été considérée comme honteuse à l’époque, surtout pour quelqu’un de son statut social.

Hafez est souvent citée comme étant l’une des femmes d’avant-garde dans le cinéma égyptien.

Elle a commencé sa carrière dans le cinéma en tant qu’actrice, mettant en vedette dans le film muet Zeinab (1930), réalisé par Mohamed Karim , qu’elle a également composé le score pour. Karim avait été la recherche d’un visage particulièrement féminine pour le rôle titre, et après avoir rencontré Hafez lors d’ une fête, lui a offert le rôle. Le film lui – même était très populaire. Sa participation à ce projet a suscité son intérêt pour travailler dans le cinéma.

Hafez a fondé la société Fanar Films en 1932. Avec Fanar Films, Hafez co-dirigé le film al-Dahaya (1932), intitulé “Les victimes” en anglais, où elle a également joué un rôle majeur. Elle était aussi le créateur de costumes, compositeur et éditeur pour le film. Elle refait le film 3 ans plus tard avec le son.

Premier film réalisé en solo de Hafez était Laila bint al-sahara (Laila the Desert Girl), 1937 (titre alternatif: Laila bint al-Badawiyya ), mais n’a été libéré qu’en 1944 avec un nouveau titre, Layla al-Badawiyya (Layla les Bédouins) . Hafez a travaillé comme réalisateur, producteur (avec Fanar Films), co-scénariste, compositeur et actrice principale. Le film devait être présenté en première au festival du film de Venise en 1938 , mais a été interdit de jouer en Egypte en raison de ses représentations négatives des Perses, en particulier redevances persan; il devait être libéré la même année en Egypte comme le mariage du Shah de Perse et de la princesse Fawzia d’Egypte . Malheureusement , le film n’a pas été un grand succès.

Après ne pas travailler dans le cinéma depuis un certain temps, Hafez a été demandé par le réalisateur Salah Abou Seif pour jouer comme l’ un des Princesses dans son film el Qahirah Talatin (1966). Cela a marqué le retour de Hafez au cinéma, mais aussi sa dernière apparition.

Malheureusement, une grande partie de son travail en tant que réalisateur du film a été perdu et que les mentions de ses restes de travail. Une copie de son film al-Dahaya a été trouvé en 1995.

LEAVE A REPLY

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.