Reconfinement en France : le variant anglais, qui
Reconfinement en France : le variant anglais, qui "donne le la" sera majoritaire "autour du 1er mars"

Le vaccin anti-Covid-19 d’AstraZeneca et Oxford est examiné, lundi 8 février, par les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cela survient au moment où est mise en question son efficacité pour les plus âgés et contre le variant sud-africain du virus. L’Afrique du Sud est allée jusqu’à suspendre sa campagne d’immunisation. En France, le protocole sanitaire pour faire face à la pandémie de Covid-19 se durcit dans les établissements scolaires. Les masques faits maison ne sont plus autorisés, du primaire au lycée, dès le lundi 8 février.

– “D’éventuelles nouvelles restrictions” vont dépendre de “notre capacité à contrôler la progression du variant anglais”, estime l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, dans un entretien au Journal du dimanche.

“Tout se jouera sur notre capacité à contrôler la progression du variant anglais. C’est désormais lui qui donne le la, et qui imposera de nouvelles restrictions le cas échéant”, déclare le professeur.

Le variant anglais était responsable de 3,3% des nouvelles contaminations en France début janvier, et de 14% à la fin du mois, rappelle Arnaud Fontanet.

“Si on continue sur cette trajectoire (…), on atteindra 30-35% à la mi-février et le nombre d’admissions à l’hôpital sera alors autour de 2.000 par jour. Le variant deviendra majoritaire autour du 1er mars”, indique ce membre du Conseil scientifique, dont les recommandations guident l’exécutif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici