Arrestation de l'écrivaine Tsitsi Dangarembga pendant une manifestation anticorruption
Arrestation de l'écrivaine Tsitsi Dangarembga pendant une manifestation anticorruption

Peu après la sélection de son roman par le Booker Prize, l’écrivaine zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga était arrêtée alors qu’elle participait à une manifestation anticorruption. L’auteure a décrit son arrestation sur Twitter, affirmant sa volonté de révolte : « Si vous voulez que votre souffrance cesse, vous devez agir. »

Alors que l’opposition avait appelé à manifester, vendredi 31 juillet, contre la corruption et la crise économique au Zimbabwe, les rues de la capitale Harare étaient néanmoins quasi désertes dans la journée, après les avertissements formulés par les forces de l’ordre. La police et l’armée, sur le pied de guerre depuis la veille, menaient des contrôles aux quatre coins de la ville.

La plupart des habitants d’Harare sont restés chez eux. Dans le quartier d’affaires, des policiers en tenue anti-émeute étaient présents quasiment à chaque carrefour.

Jeudi, les autorités avaient en effet rappelé l’interdiction de ces manifestations anti-gouvernementales et averti que les forces de sécurité “en alerte”, n’hésiteraient pas à intervenir. Quelques manifestants ont cependant osé descendre dans la rue. Plusieurs ont été arrêtés, à l’instar de l’écrivaine Tsitsi Dangarembga.

Plusieurs arrestations

En lice pour le prestigieux prix littéraire britannique, le Booker Prize, l’auteure zimbabwéenne a été arrêtée pendant la manifestation qui a été interdite par les autorités.

À 61 ans, munie de pancartes, celle qui est retournée dans son pays après des études en Angleterre manifestait à Borrowdale, un quartier chic de la capitale zimbabwéenne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici