Coronavirus France en direct : Couvre-feu ou confinement ? Un choix cornélien
Coronavirus France en direct : Couvre-feu ou confinement ? Un choix cornélien

La perspective d’un troisième confinement se dessine… Face à l’augmentation des cas de coronavirus (près de 16 000 contaminations recensées le 10 janvier) et à l’arrivée de la nouvelle variante du virus sur le territoire français, Olivier Véran n’a pas écarté la possibilité d’un reconfinement dans les prochaines semaines… mais il s’est voulu toutefois rassurant.

“Nous n’avons pas de plan caché, mais on ne s’interdit rien. Si nous devions constater une évolution négative dans les indicateurs, bien sûr que cela aura des conséquences sur les décisions de nous prenons. Mais pour l’heure, ce n’est pas le cas”, a-t-il expliqué au micro d’Europe 1.

Quant à Gabriel Attal, il a assuré qu’un confinement n’était pas à l’ordre du jour. “À ce stade il n’y a pas de reconfinement prévu. On voit ce qu’il se passe autour de nous, un certain nombre de pays ont dû reconfiner. La circulation du virus y est parfois deux à trois fois plus importante que chez nous, parce que les Français ont fait beaucoup d’efforts et qu’on a pris des décisions très tôt”, s’est félicité le porte-parole du gouvernement au micro d’Europe 1.

Pourtant, de plus en plus de voix s’élèvent pour souligner la nécessité d’un reconfinement.

Michèle Rubirola, ex-maire de Marseille, a notamment déclaré à l’AFP : “Le couvre-feu à 18 heures n’apporte pas forcément quelque chose, affirme-t-elle. Il faut casser la chaîne de transmission (…) En tant que professionnelle de santé, puisque je suis quand même médecin avant tout, pourquoi pas reconfiner?”. Toutefois, l’ancienne maire de la cité phocéenne a précisé que pour l’instant, son opinion ne reflétait pas celle de la ville.

– Les vaccinations des plus de 75 ans hors Ehpad débutent à Nancy

À Nancy, les personnes de plus de 75 ans, hors Ehpad, peuvent désormais se faire vacciner. Fortement touchée par le rebond de l’épidémie de Covid-19, la métropole nancéienne a ouvert officiellement mercredi cette campagne locale de vaccination des plus de 75 ans, résidant à domicile.

Dès mardi, quelques personnes âgées, parvenues à prendre rendez-vous sur le site Doctolib, avaient pu se faire vacciner alors que la campagne ne concernait encore que le personnel soignant et les résidents d’Ehpad. «Il faut arrêter ce Covid qui mange la vie à tout le monde. Je suis très heureuse d’être la première», a expliqué à l’AFP Odette Brogonzoli, 84 ans, venue au palais des Congrès de Nancy, transformé en centre de vaccination. «C’est bien pour les personnes âgées. C’est la meilleure des solutions», a-t-elle insisté.

La campagne nationale sera lancée officiellement jeudi, avec l’ouverture d’une ligne téléphonique pour la prise de rendez-vous, et une visite du premier ministre Jean Castex à Metz.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici