Covid-19 : Plusieurs études prometteuses sur les chiens renifleurs formés pour détecter le Coronavirus
Covid-19 : Plusieurs études prometteuses sur les chiens renifleurs formés pour détecter le Coronavirus Nosais est un programme de l'Ecole Nationale Veterinaire d'Alfort qui vise a developper les chiens de detection medicale en France et a tenter d'etre un lien entre toutes les organisations travaillant sur ce theme dans le monde. Elle est menee par 2 chercheurs de l'UMES (unite de medecine du sport K9): le professeur Dominique Grandjean et Mme Clothilde Julien-Lecoq. Detect COVID 19 by canine olfaction. Nosais is a program of Alfort National Veterinary School that aims to develop medical detection dogs in France and to try to be a link between all the organisations working on this theme worldwide. It is conducted by 2 researchers of the UMES (K9 sports medicine unit) : Professor Dominique Grandjean and Mrs Clothilde Julien-Lecoq. "When the COVID19 disease reached France, we thought that maybe the SARSCoV2 virus could induce the production by the organism of specific metabolites or catabolites that would be detectablen more than 300n as VOCs (Volatil Organics Coumpounds) by the nose of the dog, in biologic secretions of the human body. We checked which ones would be without risk and found out that the virus was not excreted in sweat. Therefor we decided to work on sweat, sampled in the armpits so that the risk of passive contamination is minimized. 18 dogs entered the protocole on 3 different sites : Paris, Ajaccio (Corsica) and Beirout (Lebanon). After training the dogs we did run the proof-of-concept study, representing more than 300  on line sniffing  trials, and the results demonstrate that sweat has a different odour for COVID positive people compared to negative ones for the dogs. Our french team regrets that french authorities did not help at all, regarding both administrative necessary documents or financial help. Countries working with us, such as the United Arab Emirates, Belgium, Argentina, Australia, Brasil, do not face the same problems. And our collegues from UK, Finland or USA, who work o

Des chercheurs apprennent à des chiens à détecter le SARS-CoV-2 dans la salive humaine. Et les résultats sont plutôt encourageants.

En Corse, des chiens sont formés à détecter l’odeur du Covid-19, dans le cadre du projet Nosaïs. À Ajaccio, mercredi, une centaine de personnes se feront tester par des chiens renifleurs. Une première pour le grand public qui participe à la phase finale de validation du projet.

L’un des chiens aboie. “Elle a marqué. Elle a aboyé, pour montrer au maître qu’il y a un marquage”, explique Brice Leva, chef d’unité chez ces pompiers dresseurs de chiens. Le marquage d’une odeur signifie celle que dégage le malade du virus. Dans cette salle dédiée, Maïka, berger malinois, la détecte en plaçant sa truffe dans un entonnoir. À l’intérieur est installé une compresse que la personne dépistée a placé sous son aisselle. “Il y a une odeur commune à la maladie”, poursuit Brice Leva. Une odeur caractéristique présente dans la sueur humaine, non contaminante. “Le chien, c’est 220 millions de cellules olfactives”, contre 5 millions pour l’homme.

LEAVE A REPLY

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.