Jean-Jacques Annaud condamné à neuf mois de prison avec sursis pour blanchiment de fraude fiscale (détail)
Jean-Jacques Annaud condamné à neuf mois de prison avec sursis pour blanchiment de fraude fiscale (détail)

Jean-Jacques Annaud a été condamné mardi à Paris pour blanchiment de fraude fiscale à neuf mois de prison avec sursis et 120.000 euros d’amende, dans la cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Les informations avaient mis à jour un cachet d’un million d’euros non déclaré et placé dans un trust baptisé “Los Condores”. Situé à Guernsey puis aux Îles Caiman, l’argent avait fini à Hong-Kong. Et c’est pour ces faits, qu’il a reconnus, que Jean-Jacques Annaud a été condamné à neuf mois de prison avec sursis et 120.000 euros d’amende pour fraude fiscale. Une décision prise dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Lors de la divulgation de l’existence de cet argent caché, l’avocat du réalisateur de 77 ans avait décrit son client comme un “bon cinéaste, mais pas excellent fiscaliste”, affirmant que ce mode de versement avait été décidé par le producteur américain du film, les studios Sony.

Jean-Jacques Annaud, lauréat de plusieurs Césars, a notamment réalisé Le nom de la Rose (1986), L’ours (1988) et Deux Frères (2004), ainsi que la série La vérité sur l’affaire Henry Quebert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici